relation toxique - manipulateur pervers narcissique

Pourquoi vous n’arrivez pas à quitter le pervers narcissique

Certaines personnes se retrouvent engluées dans des relations totalement destructrices avec des pervers narcissiques, sans aucun espoir d’en sortir. Malgré les conseils de leurs proches ainsi qu’une grande souffrance, elles demeurent sous emprise et sont dans l’incapacité de rompre le lien. La réponse à cette énigme est à rechercher dans l’enfance.

Tout enfant a besoin de se savoir aimé, soutenu par ses parents pour s’épanouir et développer un sens du Moi stable. L’amour inconditionnel, qui est la première mission des parents, a pour objectif de construire un socle solide qui permette à l’enfant d’acquérir une estime de soi suffisamment constante pour évoluer sereinement dans le monde.

L’estime de soi est une composante majeure de la construction de tout être humain pour lui permettre de se relier au monde et de pouvoir vivre sa vie pleinement. – Jacques Salomé

De l’apprentissage de l’amour conditionnel…

enfant-estime-de-soi

Cependant, lorsqu’un enfant grandit avec des parents narcissiques, ceux-ci agissent en « prédation » sur son image de soi. Cela ne revient pas nécessairement à incriminer de tels parents car ils n’ont peut-être pas conscience de l’impact destructeur de ce mode d’éducation à long terme. Les parents narcissiques (et pas pervers narcissiques) projettent leur propre vision de ce que doit être leur enfant sur ce dernier.

Que cette vision soit positive, négative, ou pire encore une alternance des deux, elle prive définitivement l’être en devenir de sa véritable personnalité. Ainsi, cet enfant, ce petit bout d’homme n’aura jamais accès à sa nature profonde. Il apprend qu’il ne peut pas être aimé pour ce qu’il est mais seulement pour l’image qu’il projette.

Ce sentiment de dépersonnalisation créé un tel gouffre dans la construction du moi que l’être qui en est victime se sentira étranger à lui-même, en perpétuel danger d’abandon, incapable de subvenir à ses propres besoins émotionnels. Une telle faille provoque un besoin compulsif de validation extérieure de la part d’autrui couplé à une dépendance affective qui conduit la personne droit dans les bras d’un profil contrôlant, manipulateur ou encore pervers narcissique. En effet, un individu qui n’a pas appris à définir ses propres valeurs, qui n’a pas la moindre idée de ses limites, qui ne se connaît pas tout simplement constitue une proie de premier choix pour tous les prédateurs sociaux dont l’objectif ultime est de « façonner » leurs victimes pour les exploiter librement.

Ainsi, les personnes les plus susceptibles d’être aux prises avec un pervers narcissique ou un manipulateur ont au préalable été conditionnées par leurs parents à se soumettre à une volonté extérieure. Chacun de leurs agissements est directement influencé par deux peurs primales : celle de perdre l’amour de l’être qu’elles considèrent comme leur repère émotionnel, et celle d’être abandonné.

Si vous avez eu des parents qui ont fait de vous « l’enfant prodigue » ou encore « l’enfant à problèmes », si votre image personnelle était complètement liée à l’état d’esprit ou à l’humeur de vos parents, il est fort probable qu’à vos yeux, l’amour soit conditionnel. Cette vision des relations humaines vous rend vulnérable à la manipulation car inconsciemment, vous vous attendez déjà à être exploité pour être aimé. Il existe en quelque sorte un « prix à payer » pour être aimé et vous y consentez.

… A la peur de la solitude

Une fois que la racine de l’abandon est implantée au plus profond de votre esprit, sans même vous en rendre compte, vous organisez toute votre existence autour de stratégies d’évitement de votre plus grande peur. Vous faites votre possible pour ne jamais vous retrouver seul longtemps.

Il est des isolements sans solitude comme il est des solitudes sans isolement. – Robert Sabatier

Tant que ce processus n’est pas consciemment identifié, vous ne vous apercevez pas de la dépendance que vous installez dans vos relations humaines, qu’elles soient affectives, amoureuses, professionnelles ou même de passage. Dès l’instant où vous commencez à vous auto observer, vous voyez très clairement que vous ne prenez pas forcément le temps de découvrir une personne avant de l’inviter dans votre cercle intime.

Avez-vous l’impression que l’on prend systématiquement avantage de vous ? Avez-vous l’impression de ne pas être respecté ? Vous sentez-vous pris d’une terrible angoisse lorsque votre partenaire vous menace de s’en aller ?

Si la réponse à ces trois questions est « oui », vous avez toutes les chances d’être pris dans la toile d’un pervers narcissique ou d’un manipulateur et de ne pas pouvoir vous en sortir. Cette peur fondamentale d’être abandonné et de vous retrouver seul bloque le circuit émotionnel, déclenche le processus de déni de l’abus et surtout provoque un clivage entre le « bon » et le « mauvais » côté du pervers narcissique.

Et l’impossibilité de quitter le pervers narcissique…

impossible-pn

Lorsque le pervers narcissique menace de s’en aller ou que vous réalisez finalement que vous êtes dans une relation toxique, vous faites l’expérience d’un retour de la solitude primaire dans laquelle vous vous êtes retrouvé pendant votre enfance. Ce sentiment d’être seul au monde, incompris et même en danger de mort, fait que vous régressez au stade de nourrisson, incapable de vous donner la présence et l’attention dont vous manquez cruellement.

Dès lors, la perspective de quitter la relation s’éloigne de plus en plus. Comment pourriez-vous renoncer à votre bouteille d’oxygène ? A ce substitut de parent qui, malgré sa cruauté et ses abus, reste avec vous alors que vous êtes tellement imparfait ? Le conditionnement initial se présente de nouveau et le cycle infernal reprend : si vous arrivez à comprendre puis à incarner l’image de l’enfant parfait, alors le pervers narcissique sera peut-être plus gentil envers vous. S’il est aussi méchant, c’est forcément de votre faute parce que vous n’avez pas su voir ce qu’il attendait de vous. Tout comme vos parents vous ont instrumentalisé, vous reprenez leur flambeau dans une répétition de votre enfance.

Même une fois que la relation a été rompue, souvent à l’initiative du pervers narcissique lassé de la dépendance extrême de sa victime, celle-ci demeure dans l’attente de son retour. Cette situation est totalement pathologique et nécessite une thérapie adaptée pour surmonter l’angoisse de solitude. Vous devez d’abord relier le comportement inadapté de vos parents avec votre peur des expériences que vous interprétez comme des abandons. Puis, il est primordial de développer un sens de l’amour et de l’estime de soi afin de vous donner ce que vous n’avez pas pu recevoir étant enfant.

L’amour de soi est capable de résoudre bien des blessures, à condition de prendre conscience qu’il est votre part manquante.

carte-fati-amor

Vos commentaires

5 Comments

  • Fanizza

    Reply Reply juillet 20, 2015

    Quand je lis l article je me sens vexé. Mon mari et moi même ne sommes manipulateur ni pervers narcissique.
    Mais mon fils en est bel et bien un.
    Mais nous y sommes pour rien. Nous lui avons donné tout l amour qu un papa et une maman peut donner. Il n a jamais manqué de rien. Limite du trop gâté.
    Alors pourquoi dire que les parents y sont pour quelque chose.
    Je vis avec mon fils et je suis une victime pas le bourreau.
    Et croyez moi bien que de vivre avec son enfant qui manipuler tout bout de chant est pénible et psychologiquement dure.
    Plus facile de quitter son conjoint pervers narcissique ou une connaissance que son propre enfant.
    C est pas evident.

  • Fati Amor

    Reply Reply juillet 20, 2015

    Bonjour Fanizza,
    J’ai déjà répondu plus haut.
    Avec bienveillance,
    Fati AMOR

  • Jean Fabrice

    Reply Reply juillet 22, 2015

    bonjour,

    Un pervers narcissique est il conscient de sa domination sur l’autre ?
    Je vis avec qqun qui n’a pas été aimé et encore moins câlinée dans son enfance, les parents l’ont toujours « confiée » dans la famille ..;
    Je ne suis pas arrivé en 20 ans avec elle, à échanger dans une relation intime telle que je la conçois. Ma compagne adopte toujours des stratégies d’évitement et tient absolument à garder le contrôle de tout. Dès que je tente de me rapprocher trop près, c’est le rejet.
    Un jour elle m’encense et le lendemain me pourrit négativement …selon ses humeurs, elle détourne mes paroles, en négatif .
    Elle se juge à travers moi, et me fait dire ce qu’elle pense elle même d’elle … dévalorisation !
    J’ai l’impression de jouer dans son théâtre !
    J’ai fait une psychothérapie, et j’en ai déduit que si je restais dans CE couple là, il me fallait accepter de faire le deuil de mes désirs intimistes. La proximité des âmes, ce sera pour une autre vie !
    J’y gagne quoi ? une certaine liberté dans le détachement.

    A part ça, ses relations sociales sont super chaleureuses et elle sait entourer les gens … ce n’est qu’en couple qu’elle joue un autre personnage.

    Il est difficile de savoir ce qu’on gagne et ce qu’on perd à rester dans cette relation. Lorsqu’il y a eu une construction de famille, enfants, amis, etc …

    Faut il accepter d’être moins exigeant et vivre des choses hors du couple et pour soi, sans jamais les partager intimement ou bien faut il trancher et se libérer pour être disponible à une autre vois ?

    • Odile

      Reply Reply août 13, 2015

      Bonjour,
      Ce message m’est difficile à écrire mais je me reconnais…dans votre compagne.
      Je suis moi-même la fille d’un PN profond, et de nombreux relents de mon passé viennent gâcher la pourtant magnifique famille que j’ai fondée.
      J’essaie peu à peu de me soigner ; j’ai la chance d’avoir épousé quelqu’un qui, bien que souvent dur avec moi, m’a fait comprendre que cela était nécessaire.
      Votre compagne a-t-elle conscience de son comportement?
      Si c’est le cas, peut-être pourrez-vous avec bienveillance l’amener à prendre soin d’elle et de cette façon, de vous.
      Malheureusement (c’est encore quelque chose de difficile à avouer de ma part, je ne prends pas sa défense, j’imagine à quel point votre vie de couple doit être compliquée), si elle agit comme cela avec vous, c’est sans doute qu’elle vous aime particulièrement. C’est en tous cas mon cas et celui de mon mari. Et c’est pour cette raison que je voudrais devenir avec lui ce que je suis avec les autres.
      Courage, vous ne l’avez pas aimée pour rien…

  • Cha

    Reply Reply décembre 14, 2017

    Bonjour,
    Je me reconnais dans ce que vous avez écrit, et je suis en pleine rupture avec une personnalité de ce genre. Maintenant c’est silence radio de sa part alors que lors de nos derniers échanges avant une ultime dispute qui a dégénéré il me disait encore qu’on ne savait pas de quoi demain etait fait, qu’il reviendrait peut-être.
    Je suis dévastée et je n’arrive pas à voir ma vie sans lui, son silence, son absence de reponse me détruit littéralement.
    Qu’en est-il des parents qui ont joué un rôle dans ce mode de fonctionnement? Quand on finit par comprendre et mettre le doigt sur ce qui gâche nos relations, cet peur extrême d’être abandonnee, ce besoin de tout donner sans rien en retour pour justement que la rupture ne se produise pas alors qu’elle finit toujours par arriver. Faut-il couper le cordon avec ce parent? Que faut-il mettre en place pour trouver sa vraie personnalité, la capacité de dire NON quand je ne suis pas d’accord, la confiance en soi?

Leave A Response

* Denotes Required Field

This site uses KeywordLuv. Enter YourName@YourKeywords in the Name field to take advantage.